Essai Yakkair avec matos de rando

La Yakkair one n’est pas un gros porteur aussi j’ai laissé tomber l’idée d’embarquer un vélo pliant pour prolonger le voyage à terre…

Par contre je conserve l’idée de pouvoir tout transporter, kayak et matos de rando, une fois le tout plié.

Il est vrai que si on restait dans la philosophie du Yakkair le matos de rando devrait se réduire à sa plus simple expression : un sac de couchage… et encore.

Mais comme j’avais mis l’option confort… Le résultat en « chambre » semblait prometteur, tout tient dans le kayak, restait à tester sur l’eau pour voir le comportement du bateau.

Essai concluant ce dimanche 12 juin sur  lac de Naussac (près de Langogne) plan d’eau calme, pas de vent le matin et un bon thermique l’après midi. Mise à l’eau vers 11h et retour à 18 h.

Alors allons y , une remarque au passage les photos sont parfois trompeuses et ne reflètent pas exactement la réalité (volume par exemple).

Donc tout ce qui était sur la photo du Kayak dans l’appartement s’est retrouvé sur l’eau toute la journée (encore une fois conditions que l’on peut qualifier de calmes).

Première chose : le kayak était très manoeuvrable, j’ai pagayé toute la journée sans problème avec même parfois un petit vent de face

Quelques remarques sur le matériel embarqué :

– la tente : j’hésitais entre une petite tente de rando très légère et une tente D4 2 secondes : et bien mon choix est définitif je prends la 2 secondes ! D’abord je n’arrive pas à remettre la main sur la première mais surtout j’ai placé la tente derrière le siège et alors là, miracle : le confort est extrême !!! C’est simple j’en viens presque à penser que je vais naviguer avec tout le temps !!!! Le dos est bien appuyé sur la tente qui trouve bien sa place (voir photos)

– Le matos de couchage : placé dans un sac étanche il ne gêne pas et question matelas le gros matelas gonflable ne prend pas beaucoup de place (moins qu’un auto gonflant) avec un confort « comme à la maison »… Reste la solution d’utiliser le plancher du Yakkair. Je ne suis pas chaud, d’abord et c’est son avantage c’est une planche de bois ! On peut le dégonfler un peu mais il ne vas rester grand chose et puis je crains de l’esquinter…

– Le sac à dos de transport du Yakkair  va pile poil sur l’arrière du bateau et s’accroche avec trois mousquetons, une fois en place il offre un intéressant volume de rangement (sur les photos il semble imposant mais c’est surtout du volume, pas trop de poids).

– Je retiens l’idée d’un sac étanche sous les genoux qui doit encore améliorer le confort et centrer les poids.

– les affaires de toilette c’est juste une serviette, un savon de Marseille, une brosse à dent…

– Les fringues : je vais revoir la liste et prévoir le minimum.

– L’iPad c’est pas une vanne, ce n’est pas encombrant et c’est une mine d’usages et de services (mais ça c’est un autre sujet !)

– Quant à la voile je n’imagine pas une seule seconde de m’en passer (c’est simple elle fait partie de l’équipement de base du bateau !)

Le tout est transportable à dos d’homme donc possible de revenir au point de départ par un transport collectif ! Autonomie totale !

Rando avec Yakkair one ???

Bivouaquer deux ou trois nuits en descente de rivière me tente bigrement mais le cahier des charges que je me suis fixé est assez compliqué :

  1. je veux utiliser le Yakkair One
  2. je veux un minimum de confort
  3. je veux un maximum de simplicité

1 Le Yakkair one pour sa simplicité, son poids mini et sa voile Flip flap

2 le confort : une tente (ou un sur sac pour la belle étoile) mais un matelas pneumatique correct et un duvet. De quoi casser la croûte chaud, s’habiller et se changer, un minimum d’affaires de toilettes.

3 Simplicité le tout doit être transportable par le bonhomme seul histoire de regagner un point de départ en empruntant train ou bus. Donc il faut aussi pouvoir embarquer  la bouffe, une popote minimale, des fringues, papiers, appareil photo et cerise sur le gâteau l’iPad histoire d’embarquer un GPS, des bouquins, un lien internet, la télé, la radio, des infos multiples etc.

Alors au boulot, en principe j’ai tout ce qu’il faut, il suffit de me transformer en Jivaro réducteur de tête pour optimiser tout ça…

Alors résultat des courses après une journée de cogitation, quelques courses pour compléter l’équipement, voilà ce que ça pourrait donner :

Bon sur cette photo tout y est ! et le kayak ne me parait pas trop surchargé et me semble navigable :

Inventaire :

  • le kayak et sa voile flip flap,
  • dans la pointe avant : 2 litres d’eau,
  • derrière le siège un matelas pneumatique,
  • sous le pontage arrière dans un sac étanche : duvet, oreiller compressible, sur sac,
  • dans le sac du Yakkair attaché par trois mousquetons sur le pontage arrière : sac étanche avec les fringues (calbute, polaire, tee shirt chemise légère anti coup de soleil, fumantes, pantalon, short), hamac, pompe,popote, gaz, bouffe, affaires de toilette (serviette, savon, brosse à dent, crème solaire, aspirine, pansements, antimoustique),
  • sur le sac : tente D4 1 place,
  • dans le bidon : les papiers, l’appareil photo, lunettes,
  • dans une pochette étanche commandée chez Pearl diffusion (10€) : Ipad…

Détail du matos :

Détail cuisine :

Bon et le tout plié dans le sac du Yakkair (avec le gilet et la tente accrochés dessus) + un sac de voyage avec tout le reste du bardas. Je ne  ferais pas des kilomètres avec mais c’est possible de porter tout ça …

(le sac de voyage vide tient dans le sac Yakkair)

Autonomie disons deux nuits …

J’oublie sûrement quelque chose… ah oui, si  :

 

Bon je crois que je vais tester la navigabilité du Yakkair avec tout le fourbi demain sur le lac de Naussac. Ensuite il faudra attendre la mi juillet pour titiller la rivière pour de vrai !

à suivre…

Une voile pour le Yakkair

La voile confectionnée à la hâte avec les moyens du bord c’est à dire de récupération avait sommes toutes donné satisfaction. L’objectif de disposer d’un gréement de propulsion pour les allures portantes était atteint.

Il restait à modifier quelques détails :

L’articulation de départ un tuyau de robinet de caravane,

 

 

 

Les mâts c’est à dire les cannes à pêche sont renforcés à la choucroute polyester à la base et terminés par un embout de latte

Enfin la voile elle même confectionnée avec de vieux ponchos avait tendance à se déchirer aux coutures, heureusement que le sparadrap de la boite à pharmacie italienne de Marie avait permis de rafistoler au fil des étapes !

Donc direction Lyon, « Le cri du Kangourou », magasin de cerfs volants où pour 16 € je me procure 2 m de tissu à spi orange et noir de quoi tailler une belle voile.

Ensuite après une découpe des laizes, Marie prend le relais pour coudre l’ensemble.

Gréement : Sur l’arrière je n’avais au départ placé que deux haubans et pas d’étai sur l’avant. Au premier essai l’ensemble était trop instable, le gréement oscillait et je devais donner de la quête sur l’avant. J’ai donc rajouté un étai double sur l’avant avec un fort sandow : résultat le gréement plié sur le plat bord se déploie d’un coup  et se retrouve ensuite beaucoup plus stable.

La voile pliée se fixe sur le plat bord avec un  des velcros servant à fixer les pagaies et ne gêne pas pour pagayer. Pour envoyer il suffit de lâcher le scratch et sblong ! Le gréement grâce aux sandows sur l’avant se met en place instantanément en position.

Ici sur le lac de St Victor près de St Etienne :

Les caprices d’un fleuve

 

Pour lire la suite de la balade nonchalante sur Rhône c’est ici :

Les caprices d’un fleuve c’est aussi et avant tout le très beau film de Bernard Giraudeau dont la musique envoutante m’a accompagné tout au long de ses belles journées d’été…

So long Bernard…