Finalement …

Bon cela m’embêtait de ne pas profiter de mon petit moteur électrique Torqeedo sur le Skerry. D’autant que l’expérience était concluante et qu’il poussait bien le bateau (par temps calme…)

Le problème c’était son intégration dans le bateau. L’idéal d’une solution en puits dans le Skerry s’avérant assez complexe à mettre en œuvre, restait le hors bord. J’avais testé deux solutions fixes, une sur le plat bord et une sur le safran. L’une comme l’autre fonctionnait mais le résultat esthétique ne me satisfaisant pas j’avais tout supprimé et rebouché tous les trous !

J’ai donc cogité pour arriver à une solution intermédiaire, c’est à dire, tout en restant hors bord, la possibilité d’escamoter complètement le moteur.

Voilà le résultat :

Voilà les seules « traces » sur le bateau une fois le moteur enlevé : un trou dans le safran, on pourrait encore affiner avec un bouchon comme la trappe ronde que l’on voit sur le plat bord.
Donc le moteur est rangé à l’intérieur du bateau.
Il suffit ensuite de le fixer en le passant dans le trou du safran. pour cela j’ai adapté le support fourni et destiné à la fixation sur un kayak rigide.
Fixation rapide avec un boulon papillon (avec une truc de sapeutservir en provenance d’une chaise de bureau…)
On peut également relever le moteur le cas échéant.

Le nouveau Nomad

Le plancher de mon Nomad ayant définitivement rendu l’âme et dans l’impossibilité d’en trouver un de remplacement, je me suis rendu à la fin de l’été dernier chez Nautigames à Grans (du côté de Salon de Provence) et là j’ai racheté un nouveau Nomad tout neuf !

A la différence de mon premier qui était un prototype, celui-ci est doté en plus d’un pontage.

J’ai réinstallé le palonnier et le moteur Torqeedo et roule ma poule !

A Chavanay au bord du rhône
Le moteur Torqeedo

Le palonnier
Vu de haut : sur la remorque du Skerry

Pirate du Rhône redevient un pur voile aviron…

Fin des velléités de caser un moteur électrique sur le Skerry.

Après le moteur Torqeedo sur le côté, j’ai effectué une dernière tentative en plaçant le moteur sur le safran.

Bon… Çà fonctionne à peu près … certes. Mais même avec les couleurs du bateau (au niveau peinture des accessoires et de l’hélice…. c’est moche…

Le moteur fonctionne, le bateau remonte le Rhône sans problème mais ce n’est pas ce que je veux : un moteur complètement intégré en in board dans le bateau…

Donc on démonte tout, on rebouche les trous et le Skerry redevient un « voile aviron ». Et du coup je crois que vais m’atteler à la fabrication de poulies en bois …

Concept… le kayak hybride !

Finalement améliorations après améliorations, modifications après modifications j’en suis arrivé à un résultat : le Klepper est devenu un bateau hybride fonctionnant à la voile, à la pagaie ou au moteur.

Et les trois en même temps s’il le faut !

Safran moteur : il manquait le dispositif de relevage : c’est chose faite !

Les avantages de ce bateau sont nombreux : même s’il demeure un petit bateau, une coquille de noix, il est très sécurisant : les outriggers lui assure une bonne stabilité : difficile de le mettre sur le toit ! En cas de crevaison de la peau les bladders lui assure une flottabilité. Si le temps est mauvais, je dispose également de deux jupes : une à un trou central si je navigue en solitaire ou deux trous pour le biplace.

Pagaie en carbone achetées après la Vogalonga de 2007 – Voile ferlée, foc sur emmagasineur – commande du moteur sur le bidon

Le chariot trouve sa place sur le pontage arrière en navigation (pas celui qu’on voit sur la photo ! ).

Pas de logistique importante puisque tout se démonte et trouve sa place dans ma petite Yaris…

Si je fais le bilan c’est le bateau avec lequel j’ai le plus navigué !

Sur la mer : Méditerranée, mer Noire, mer Egée, Atlantique, Pertuis Rochelais, Fier d’Ars… En rivières, lacs et fleuves : Kızılırmak (en Cappadoce), la Loire, le Rhône, le Cher : avec un passage à la voile sous les arches du château de Chenonceau. Et puis la lagune de Venise et Venise même lors d’une Vogalonga. Les lacs turcs d’Anatolie… Tout ceci a été raconté en son temps dans le blog du Kayak pliant …

Voilà après un long weekend de bricolage le prochain sera destiné à des essais sur le Rhône et puis si tout va bien une nouvelle virée sur la lagune de Venise à la fin du mois !