Une balade facile kayak + vélo.

Voici un exemple d’une balade facile, accessible à tous associant kayak et vélo (+ remorque).

Réalisable sans se presser dans un après midi mais  une petite journée avec un pique nique c’est encore mieux !

Départ en kayak de Serrières, juste après le seuil de Peyraud. La piste cyclable ViaRhona longe le Rhône à cet endroit.

Départ : gonflage du bateau et vélo dans la remorque

Arrivée à St Vallier toujours au bord de la piste cyclable ce qui permet un retour sans difficulté au point de départ… (environ 26 km A/R).

Arrivée : changement de monture et d’attelage, le vélo est de sortie !

Peu voire pas de courant, petit vent de sud au début mais peu gênant puis de nord dans l’après midi ce qui me permet de m’appuyer un peu avec la voile.

Malgré un temps incertain, limite orageux, aucune difficulté : mise à l’eau facile au départ et sortie facile à l’arrivée (cale juste après la halte nautique de St Vallier).

Attention au trafic fluvial, nous sommes sur une voie navigable mais rien de bien compliqué pour peu que l’on choisisse de naviguer en dehors de la limite du chenal de navigation des gros navires délimitée par les grandes balises rouges et vertes.

Lien vers photos

Ca marche !

Confirmation, le résultat de l’équation Kayak + Vélo, autrement dit  développée sous la forme Brompton + Chubby+ Nomad + Rhône est bien : nickel chrome !

Sur route…

… sur l’eau et lycée de Versailles ….

Bref ça marche !

Essai de validation ce dimanche matin : parti de la maison direction le Rhône, une petite descente bien raide pour rejoindre le cours du fleuve.La remorque se comporte très bien, pas de difficulté ! Marie me suit avec la voiture qu’elle gare en bas de la pente où elle déplie son propre Brompton.

Et c’est parti pour une petite remontée sur la piste qui longe le fleuve, la Via Rhôna, direction Condrieu. Pas la peine de faire des bornes, l’objectif est juste de tester le matériel sur l’eau et sur la piste.

Une cale à l’ombre juste avant le pont entre Condrieu et les Roches et hop : je gonfle le kayak, le vélo prend la place du kayak dans la remorque. J’arrime cette dernière sur le Nomad et c’est parti avec un petit vent de nord qui gonfle la voile. Marie me suit sur la piste et prend des photos.

Descente du fleuve jusqu’à Chavanay, direction le bassin de joutes. Le bateau se comporte très bien. Je vais quand même étudier la possibilité de descendre au maximum la remorque et donc d’abaisser  le centre de gravité dans le kayak…

Arrivée sans problème à Chavanay où je me prends les lignes d’un sympathique carpistes que je ne pouvais pas voir … Explications mais tout finit bien dans la bonne humeur !

Je dégonfle replie le Nomad, le case dans la Chubby et  nous reprenons la route ou plutôt la piste pour rejoindre la voiture et remonter la côte jusqu’à la maison.

A midi y’ avait du lapin et après nous avons regardé le Tour de France à la télé….

Lien pour les photos pour ceux qui consulteraient ce blog sur Ipad ou Iphone et privés de Flash …

Perles de Rhône…

Bon et bien comme promis,  j’ai fini par enfiler les perles  et coller bout à bout tous mes repérages sur le Rhône !

Et voici donc le petit guide pour naviguer en kayak sur le Rhône…. Pour l’instant essentiellement le passage des barrages, écluses et seuils mais d’autres informations sont en préparation.

Pour commencer cette première partie le parcours ne concerne que le trajet  de Lyon à la mer. Le reste ou plutôt ce qui précède : « des Alpes Suisses à Lyon » est à l’étude….

Guide de navigation en canoé kayak sur le Rhône de Lyon à la mer.

Guide de navigation en canoé kayak sur le Rhône de Lyon à la mer.

Les caprices d’un fleuve

 

Pour lire la suite de la balade nonchalante sur Rhône c’est ici :

Les caprices d’un fleuve c’est aussi et avant tout le très beau film de Bernard Giraudeau dont la musique envoutante m’a accompagné tout au long de ses belles journées d’été…

So long Bernard…

Les caprices d’un fleuve (2)

Confection d’une voile pour le Yakkair.

Je n’ai jamais eu confiance dans les moteurs de bateau d’autre part la pagaie ou l’aviron constituent des moyens de propulsion dont je ressens très vite les limites du plaisir…
C’est pourquoi un engin flottant dépourvu de gréement demeure pour moi inconcevable !

Certes je serais tenté par un « micro voilier » à l’image de mon Klepper mais sur le Yakkair je recherche avant tout la simplicité. L’idée de transformer le Yakkair en voilier supposerait une conception à la base de l’engin…

Sinon je lorgne avec intérêt du côté du kit sailor kayak qui me semble des plus abouti pour disposer d’un véritable gréement capable de remonter au vent tout en gardant un esprit très « kayak ».

Donc pour l’instant pas question de se lancer dans la fabrication d’une usine à gaz, je me contenterai pour commencer d’une petite voile, vite mise en oeuvre, sans dérive ni gouvernail, destinée uniquement aux allures portantes.

Après réflexion je me décide pour une voile de type hawaïen en V (Pacific wing…).

Au boulot pour réaliser la chose, sachant que je ne dispose que de 48 h, le départ vers le sud étant programmé.

Le plus facile à trouver : les mâts, en l’occurrence deux tronçons de canne à pêche des garçons qui trainaient depuis des années dans un coin du garage.

Reste la voile, après avoir découpé une vieille voile de planche, examiné de près une tente de camping ultra légère, je trouve enfin mon bonheur sous la forme de trois ponchos imperméables qu’un gardien de camping bienveillant nous avait offert un jour de grande pluie dans le nord de la France.

Problème le tissu est très léger et fragile. Qu’importe je taille trois laizes que Marie me coud avec sa machine.

Reste les pieds de mâts : je découpe un petit plancher de contreplaqué marine sur lequel je fixe un filoir dans lequel s’insère un tube coudé en U (un ancier robinet de salle de bain de caravane).

Le plancher se place sur le plancher, en forme de trapèze, bien poncé et les angles arrondis il se coince le long des boudins.

Enfin le gréement, réduit à sa plus simple expression : deux étais sur l’avant (qui se révèleront inutiles) et deux haubans/écoutes sur l’arrière.

Et voilà le résultat ! Il reste plus qu’à tester.

PS : ah au fait une caisse de « ça peut servir » c’est ça :

rien que de l’introuvable et du kivabien….

à suivre : Cap au sud et validation de la voile