Adaptation moteur Torqeedo sur le Klepper

Voilà ç’est fait, j’ai craqué pour un moteur électrique Torqeedo Ultralight 403…

Il faut dire que tout l’ensemble, batterie comprise, pèse environ 7,5 kg ! Comparé aux 25 kilos de la batterie seule du moteur adapté dans un premier temps… il n’y a pas photo !

Seulement, problème, comment adapter un kit conçu pour être vissé sur le pontage d’un kayak rigide sur un un modèle en bois et toile ?

Je m’étais fixé comme objectif de ne procéder à aucune modification irréversible sur le bateau pas plus que sur le kit du moteur.

Après plusieurs tâtonnements et réflexions j’ai fini par admettre que le plus simple était de fixer le moteur comme j’avais procédé pour le premier modèle, c’est à dire à la place du safran.

J’ai commencé par rendre amovible le safran d’origine en gardant la tête  (en remplaçant le rivet par un axe à trou).

J’ai ensuite confectionné une petite pièce en tôle d’aluminium sur laquelle j’ai fixé l’axe du moteur (en utilisant des cerclages fournis avec le kit. De cette manière le moteur peut être relevé (comme l’était le safran original) et je continue de diriger au palonnier.

La batterie très légère est casée sous le pontage arrière et le boitier de commande trouve sa place sur le pontage.

Ne reste plus qu’à tester sur l’eau !

Le moteur en place, on voit la lame originale du safran posée dessous.

La batterie lithium ion derrière le siège.

Le boitier de commande sur le plat bord fixé par un des sandows qui sert à tenir les pagaies quand elles sont rangées sur le pontage.

… et bien sûr il me reste pas mal de matos non utilisé… peut être un jour avec un autre bateau ?

3 réflexions sur « Adaptation moteur Torqeedo sur le Klepper »

  1. Joli bricolage. Ce moteur est effectivement très intéressant, c’est dommage que son prix soit aussi élevé… Pas de crainte que la structure portant le moteur ne souffre à la longue d’efforts pour laquelle elle n’est pas dimensionnée? Qu’en pense Klepper? Ont-ils déjà expérimenté des montages de ce type? Il est vrai que les marques se hasardent rarement à prendre des risques en validant des solutions qui sortent des sentiers battus.

  2. Super! J’ai été intéressé un temps par l’Aerius de Klepper dans la quête du mouton à 5 pattes qui anime nombre d’amateurs de bateaux, si ce n’est tous. Si Klepper a validé le concept, c’est bon signe. En tous cas, ce moteur, comme le Torqeedo, donne une autre dimension à la navigation et va bien avec l’embarcation. Je lorgne d’ailleurs également vers l’Ultra-light de Torqeedo pour mon canoë à voile, entre autres pour inciter ma femme à faire des balades sympas sur l’eau, sans caractère sportif… Un jour peut-être…

Laisser un commentaire