C’est un fameux trois mâts…

 

C’est un fameux trois mâts fin comme un oiseau
Hisse et ho, Santiano
Dix huit nœuds, quatre cent tonneaux
Je suis fier d’y être matelot

Refrain
Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hisse et ho, Santiano
Si Dieu veut toujours droit devant
Nous irons jusqu’à San Francisco

______
Je pars pour de longs mois en laissant Margot
Hisse et ho, Santiano
D’y penser j’avais le cœur gros
En doublant les feux de Saint-Malo


Refrain
Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hisse et ho, Santiano
Si Dieu veut toujours droit devant
Nous irons jusqu’à San Francisco

______
On prétend que là-bas l’argent coule à flots
Hisse et ho, Santiano
On trouve l’or au fond des ruisseaux
J’en ramènerai plusieurs lingots

Refrain
Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hisse et ho, Santiano
Si Dieu veut toujours droit devant
Nous irons jusqu’à San Francisco

 

Ca chauffe dans les fauteuils

Un temps de Toussaint pluvieux à souhait et me voici rivé à la barre d’ Octobre Rouge pour cette transat virtuelle de la Route du Rhum sur Virtual Regatta.

Je ne sais pas ce que ça donne en vrai au milieu de l’Atlantique mais ici de l’autre côté des claviers les esprits s’échauffent et ce n’est rien de le dire !!!

Le départ a été des plus foireux, plus de 100 000  connections simultanées et les serveurs ont disjoncté, résultat : fureur dans les chaumières !

Il suffit d’aller faire un tour sur les forums pour se payer une grosse tranche de rigolade : entre les appels au boycott, les menaces de procès, de manifestations, les « retenez moi où je fais un malheur », ceux qui font demi tour et rentrent au port, on lit de tout… On lit … on ne voit pas….

Tout ceci se passe dans le virtuel, dans un monde parallèle qui n’existe que dans les imaginations et ne se concrétise que grâce à de géniaux petits bout de code informatique qui font clignoter nos petits écrans colorés…

On trouve de tout dans les « marins virtuels », les amateurs qui tapotent un peu leur PC, créent un bateau, vite abandonné qui finira sa course sur un rocher de Cornouailles, des acharnés qui prennent une semaine de vacances pour rester devant l’écran, cafetière sous pression… Bobonne courroucée..

Et puis il y a les pro, qui se plongent dans des programmes informatiques complexes, transforment l’océan en une gigantesque équation. Les logiciels de simulation nourris de fichiers météo téléchargés en permanence délivrent leurs instructions aussitôt traduites en vecteurs sur les écrans…

 

Etonnant toutes ces passions déchainées par cet univers virtuel, ces navigations par procuration, un peu comme si de chez soi on pouvait se mesurer aux vrais skippers qui font débouler dans le vent et dans l’écume leurs magnifiques panneaux publicitaires à travers le grand cirque de l’océan…

 

Bon ce n’est pas le tout mais il faut que je retourne voir où en est Octobre Rouge, j’ai choisi l’option Nord et j’ai le vent dans le paf … Gaffe à pas se faire avoir par l’anticyclone des Açores !